Welcome To Arizona: Le Grand Canyon

Bonjour à tous!

Il n’y a pas de coverage poker aujourd’hui, puisqu’ aucun joueur de la Team770 n’est engagé dans un des tournois du Rio. Non, aujourd’hui je vais vous raconter comment j’ai réalisé un rêve de gosse.

Cela fait maintenant trois ans que je viens passer quelques semaines à Las Vegas lors des WSOP, chaque été, et je n’avais encore jamais eu l’occasion de me balader dans le Grand Canyon. Ou plutôt, si. Mais je trouvais la balade hors de prix, et, ayant des moyens limités, j’avais sagement repoussé l’occasion à plus tard. Jusqu’à ce que se présente une occasion en or: un joueur que je connais a réservé le voyage, et s’est souvenu ensuite qu’il ne pouvait pas y participer: il était déjà inscrit pour un tournoi des WSOP. Etant donné qu’il n’est pas possible de se faire rembourser, il a alors proposé de revendre la place à moitié prix – j’ai alors sauté sur l’occasion.

Je retrouve donc Emilie et Virginie Efira au « pick up point » du Bally’s, attendant la Limousine qui va nous amener à l’aéroport McCarran. De là, nous serons pris en charge par notre pilote.

Limousine

Sur place, on nous pèse, on nous fait lire les consignes de sécurité et regarder une vidéo qui nous explique d’autres consignes de sécurité, puis c’est le grand moment: on se dirige vers l’hélico pour embarquer.

Emilie

En ce qui me concerne, c’est la première fois que je monte dans un hélicoptère, et la sensation est plutôt surprenante au décollage:on se sent à la fois ballotés dans tous les sens et tirés par le haut, alors que le pilote s’élève tout doucement en faisant du sur-place. Puis il fait piquer du nez son appareil, et remonte la piste avant de s’élever dans les airs… c’est très impressionnant!

Virginie et le pilote

Le vol jusqu’au Grand Canyon dure à peu près une demi-heure, durant laquelle nous survolons le barrage Hoover. Le casque que nous portons permet au pilote de nous parler, mais diffuse également de la musique, ainsi que des explications sur les endroits que nous survolons.

Allez, il est temps d’ouvrir une parenthèse culturelle: Le barrage Hoover tient son nom d’Herbert Hoover, secrétaire au commerce dans les années 30 sous le président Warren Harding. Le barrage a mis quatre années à se construire, employant des milliers d’ouvriers dans des conditions dangereuses. Imaginez un peu: sa construction a nécessité tellement de ciment, que la quantité utilisée pourrait servir à bétonner une route à deux voies allant de Los Angeles à New York…

Colorado River et barrage Hoover

Le but du barrage était de domestiquer la Colorado River, créant ainsi le Lake Mead, permettant donc l’exploitation de nouvelles régions agricoles, et par conséquent une expansion rapide.

Barrage Hoover

Le barrage Hoover

Nous passons également non loin de la petite ville de Boulder City, qui est sortie de terre dans les années 30 pour loger les ouvriers chargés de la construction du barrage. Le jeu y est formellement interdit, et jusqu’à la fin des années 50, l’alcool également.

Nous survolons le Lake Mead et le traversons trois fois, passant de l’état du Nevada à celui d’Arizona à deux reprises. Le Lake Mead est le plus grand lac artificiel aux Etats-unis, et mesure 180 km de long. C’est également une immense base de loisirs et de sport: la location de bateau sans permis y est proposée, et il n’est pas impossible que j’aille y passer une journée bientôt.

Lake Mead

Lac mead

Après trente minutes de vol, nous nous posons au beau milieu du Grand Canyon. Le temps de prendre la pose vite fait pour une photo:

Virginie, Manu, Emilie

Virginie Efira, votre serviteur et Emilie

La vue coupe le souffle, je vous laisse découvrir:

Grand Canyon 1

Grand canyon 2

Manu

Grand Canyon 3

Nous avons très peu de temps en bas. Après nous être promenés 10 minutes environ, nous nous sommes fait offrir le champagne au beau milieu du Grand Canyon, puis il était temps de repartir.

Au retour, nous survolons à nouveau le Lake Mead, et la vue est saisissante, avec le soleil qui se reflète à la surface:

Lake Mead retour

Le survol de Las Vegas au retour est assez impressionnant:

Sim City

Pour les connaisseurs, cela rappelle Sim City non ? Au lieu de Sin City…

Puis nous survolons le Strip:

le Planet Hollywood

Le Planet Hollywood

Excalibur

L’Excalibur

MGM Grand

Le MGM Grand

Après une approche tranquille, et avec la musique du King dans le casque, nous atterrissons à McCarran, un sourire aux lèvres et des images plein les yeux.

Maanu