Deuxième break

Les pauses doivent vous sembler bien rapprochées, mais il y en a une à la fin de chaque niveau, désormais.

ElkY vs Luske

Durant ce round – blinds 600-1,200 ante 100 – on aura vu ElkY et Marcel Luske s’affronter dans un chicken pot: ElkY relance préflop au high jack, Luske call.

Les deux joueurs checkent jusqu’au tournant 2 Q K

ElkY décide néanmoins de miser 5,500 sur la rivière 5 et se voit payé par le Flying Dutch Man, qui muck en voyant la main d’ElkY: K 6

Coin-Flip

« J’en ai marre de ce jeu, Manu, je te jure » se plaint Jamel Maistriaux quand j’arrive à sa table. Le champion Belge ne compte plus que 50,000 chips, alors qu’il en arborait fièrement le double quelques minutes auparavant.

« Un coin-flip de plus à mettre dans la colonne « perdus » explique Jamel. Le mec en bout de table relance 7,000, une relance énorme à ce niveau de blinds. Je le sur-relance depuis le bouton, à 19,500. Il m’envoie la boite, 50,000 environ, je snap avec
A K

Il a et ça tient. »

Jamel compte 52,000 chips.

Ace-high

Mickael Sebban

Mickael Sebban est revenu à 64,000, après avoir fait un call risqué avec A J
sur un board 4 2 8 Q 9

« J’étais sûr qu’il était en plein bluff, je lui ai dit, j’ai payé, il a mucké »

Ca, c’est fait. Suivant.

Guillaume Darcourt: 80,000

« Ma table est très dure » me dit-il juste avant le break, alors qu’un de ses adversaire étiqueté « super LAG » se fait éliminer avec K K contre A A

« C’est difficile de se faire une place: la table est très aggressive, ça joue très solide post-flop. De plus, Jean Montury est juste à ma gauche, pour ne rien arranger »

Le joueur de la Team770 revient de loin, après être descendu à près de 35,000 durant le premier level.

Stephan Gérin compte 44,000 jetons

Toujours serein, le grinder de l’équipe joue small-ball, selon son habitude