Premier break

Les joueurs sont en break pour 15 minutes, alors que le niveau 40-80 vient de se terminer.

G Darcourt

Guillaume Darcourt a doublé son tapis lors d’un « coup de malade mental » comme il le qualifie lui-même.

Le joueur UTG, un joueur que Guillaume a catalogué comme étant d’un niveau plutôt faible, limp les 80 préflop. 3 autres joueurs font le call, et Guillaume voit là un bon spot pour relancer au bouton. Il attaque donc 380 avec K 9

Le joueur en big blind call, et UTG relance aussitôt à 1,800. L’action revient à Guillaume qui call, et la big blind call aussi.

Le flop vient 2 5 J et la big blind check. Le joueur UTG open-shove all-in ,et couvre le tapis de Guillaume Darcourt.

D’abord intrigué par ce move, Guillaume décide de call et d’aller chercher un de ses outs. « Je suis sûr à ce moment-là qu’il n’est pas aussi fort qu’il veut bien le faire croire » me dit-il. « Si c’est le cas, je joue la couleur, ais probablement aussi les Rois. Je tente le coup ».

Le joueur en big blind s’écarte du pot, et UTG montre sa main: 8 3 pour tirage flush aussi… Guillaume n’a donc même plus besoin de toucher quoi que ce soit. La turn 5 et la river 7 ne changent rien, et Guillaume Darcourt gagne ce pot énorme avec hauteur Roi.

Juste avant la pause, il gagne un autre pot confortable avec K sur un board
K 3 4 Q

Il pointe actuellement à plus de 25,000 jetons

Pascal Perrault compte 13,600 jetons, assis juste à côté de Julien Brécard qui pointe juste en-dessous à 12,200.

dsc_0013.jpg

Valérie Pignot a démarré un début de tournoi sympathique, et compte 18,300 chips. Arnaud Mattern, à la table voisine, a 14,000 chips « Dead cards » me dit-il, l’air de s’enuyer ferme, quand j’arrive près de sa table.

Davidi Kitai possède un surprenant card-guard (cf photo), et l’a déclenché quand Adam Lounis lui a pris un pot confortable en misant fort sur le turn. Davidi a alors levé son card-guard, actionné le bouton, et Adam a pu entendre un « fuck you » électronique l’incendier, pendant qu’il rangeait ses jetons.

Davidi Kitai

Nicolas Duffort ne compte plus que 2,900 jetons: « j’ai bluffé 3 barrels sur un type qui avait touché son set » me dit-il en haussant les épaules.