Le Bureau Des Pleurs Est Ouvert

L’énorme inconvénient lorsque la press-room est sur le chemin de la sortie, c’est que les joueurs sortants croient trouver une oreille compatissante lorsqu’ils ont sauté sur un bad beat.

Slim par exemple: « Non mais t’as vu le coup que m’a fait Cuts ?(Ludovic Lacay, NDLR) Je touche ma quinte avec K-Q en main sur un flop 9-10-J et j’attaque fort, il paye. Doublette du 10 sur le turn, j’attaque à hauteur du pot, il call. Triplette du 10 en river, il a chopé son full backdoor avec un 9 en main. C’est pas une horreur ça ? »

Bien sûr je vous le note comme ça, vite fait, dans le désordre.

Dans la foulée, un autre joueur arrive en press-room et raconte le coup qui le sort, K-K contre 6-6, à la même table que Pascal Perrault.

Remarque de Jooles: « Comment c’est possible, il joue à combien de tables, Cuts ? » Il a fallu lui expliquer que Ludovic Lacay n’est pas forcément responsable de tous les bad beats qui arrivent sur la planète poker.

Que dire dans ces cas-là, lorsqu’un joueur vient de plaindre du mauvais sort, à part « hmm hmm, je comprends, quelle horreur » ?

D’autant qu’après deux ans de coverages, je pense pouvoir affirmer sans peur que nous avons entendu toutes les histoires de bad beat possibles et imaginables….

Sinon, en ce qui concerne la Team770:

Mickael Sebban: 21,000

img_4947.jpg

Jamel Maistriaux: 21,000

img_4949.jpg

Guillaume Darcourt: 27,000

img_4950.jpg

Pascal Perrault: 29,000

img_4952.jpg