Bataille De Blinds

Il est 23h30 ici à Dublin (et non minuit et demie comme nous avons pu vous l’annoncer dans les posts précédents, puisque nous sommes à l’heure Anglaise) et je viens d’assister à une bataille de blinds dans les règles, avec un brin de folie, qui ne fait pas de mal dans le tournoi « le plus ennuyeux auquel j’ai participé » selon Nico Lévi.

A la table de Loïc Blarez, le joueur au bouton relance 1,750 (blinds 300-600 ante 50)

Le joueur de small blind, visiblement agacé par ce joueur qui relance constamment, décide de ne pas se laisser faire, puisqu’après tout, il faut que ça cesse, nom de nom. Il décide donc de sur-relancer à 4,150.

Le bouton réfléchit un instant et finit par lui envoyer tapis (30,000 environ). Pan ! dans les dents, ça t’apprendra.

Insta-call du small blind qui a un tapis d’environ 23,000. Tous les joueurs de la table sont en haleine, impatients de découvrir ces mains monstrueuses qui ont poussé les protagonistes à jouer leur tournoi dans un moment de folie.

Verdict: A 7 pour le bouton, contré par A 9 chez le small blind. Whoops. What a call.

Le board 5 6 4 9 Q donnera finalement raison au bouton avec son A 7, qui touche flush max sur la river, forçant du même coup son adversaire à rentrer chez lui avec « nothing in the bank » comme on dit ici.

Adversaire qui aura donc une nuit entière de solitude à réfléchir aux vertus du call avec A9. Bien fait. Non mais ho.