Pendant ce temps-là, au bar….

Les side event court toujours, avec désormais 35 joueurs restants en lice.

Jamel Maistriaux est toujours en course, et présente 14,000 jetons, pour une moyenne de 17,500 jetons.

Je n’ai pas vu ses dernières mains, pour la bonne et simple (et primordiale) raison que je me trouvais installé à une table du bar du casino, en fort charmante compagnie: Elodie, la compagne de Jamel, Caroline, celle de Guillaume, et Sandrine, ma chère et tendre à moi, buvaient un verre en attendant que débute le tournoi féminin prévu dans une vingtaine de minutes.

100_8666.jpg

Elodie et Sandrine

100_8671.jpg

Caroline

Je profite d’ailleurs de ce post pour m’élever avec la plus grande énergie contre le principe même d’un tournoi dit « féminin », tant la connotation sexiste d’un tel procédé me laisse sans voix (c’est d’ailleurs parce que je suis aphone que j’écris mon coup de gueule, et que je ne hurle pas comme Paris Hilton n’ayant pas de Pass VIP pour une fête de charité en faveur de la sauvegarde des Chihuahua incontinents)

Vous avez déjà entendu parler d’un tournoi exclusivement masculin, vous ? Non ? Moi non plus. Et à part ça, c’est nous les machos.

Enfin tout ça pour dire que ces dames vont disputer un tournoi à 110 € de buy-in, crapshoot à souhait: 2,500 jetons au départ, niveaux de 20 minutes, blinds 25-50, 50-100, 100-200 etc… ça va envoyer sévère, les loulous, c’est moi qui vous le dit.