Bruel in action

16h40: le deuxième round a commencé depuis quelques minutes, les blinds sont de 100/200, il y 2 joueurs éliminés pour le moment. D’une manière générale le jeu est plutôt serré, le fait que les tables ne soient pas toutes dans la même salle y est peut être pour quelque chose. En effet, la table télévisée est complètement isolée des autres, et les 6 tables restantes sont réparties dans 2 endroits différents. Les joueurs n’ont donc pas d’informations visuelles sur l’ensemble des autres tables, et l’atmosphère s’en ressent.

 Nous retrouvons Patrick Bruel avec un stack d’environ 16 000 chips après la pause, en position de big blind. Une de ses adversaires, une jeune femme située en milieu de parole (stack environ 45 000), relance à 600, et est payée par 3 joueurs dont Patrick.

Le flop tombe: K J 8

 Patrick ouvre à 1500, et est payé par la jeune femme qui avait relancé préflop. Les deux autres joueurs foldent leur main.

 La turn arrive, et c’est le K

Patrick envoie tapis, son adversaire réfléchit un long moment et décide de payer. Elle commence à retourner ses cartes quand Patrick Bruel lui demande de patienter. Il se lève et crie « Where is the fu..ing camera !!!!!! » Eclats de rires dans la salle, mais le floor manager lui explique qu’aucune caméra n’est disponible pour le moment, et que les cartes des deux joueurs doivent être retournées pour que la river puisse être exposée.

La jeune femme retourne

et Patrick ouvre J J, découvrant un magnifique full aux valets par les rois, et doublant du même coup son tapis !!

La river, qui ne peut rien changer, est l’ A

Il passe donc à plus de 35 000 chips à ce moment précis, et son immense sourire en dit long sur son état d’esprit: il est gonflé à bloc !