Dutch Boyd est fou

ResizedDSC00021.jpg

Appelez l’ambulance

Le possesseur d’un bracelet WSOP affiche un comportement pour le moins lunatique aujourd’hui… Il est la plupart du temps absent de sa table. Muni de divers accessoires (tube de mousse à raser, jumelles, carton à pizza), il erre sur la terrasse en murmurant des borborygmes incompréhensibles, et passe son temps à me piquer mon briquet ou mon stylo, tout en maugréant contre « ces [censuré] de Français de mes [censuré] » (ceci est un blog tout public)

Les rares fois ou il est assis, c’est pour faire suer les autres joueurs (incluant Dan Harrington et Al Krux) avec des déclarations cryptiques ou des vannes douteuses. Bref, le total mode « rien à battre ».

Sa plus grosse esclandre n’est peut etre pas la dernière : il relance en début de parole, et un jeune en face de lui annonce une sur-relance. Dutch déclare « Je te garantis que je vais gagner ce pot, c’est clair » et pousse son tapis avant que les autres joueurs aient eu le temps d’agir. Ceux-ci passent rapidement, et le jeune dit « I call ! » et retourne une paire d’As.

C’est là que la tension monte. Dutch s’écrie : « Attends mon pote ! Je ne suis pas à tapis. J’ai parlé quand c’était pas mon tour, mon action n’est pas valable ! » Et il jette ses cartes, As-Dame.

L’autre pète un cable : « Quoi ? C’est une blague ? »

Boyd : « Je n’ai pas fait tapis, je n’ai pas parlé à mon tour. Je le sais et TU le sais. Allez, on va régler ça. Appelons un superviseur. <> »

Et le fou de quitter la salle avec sa pizza. Pendant ce temps, le responsable appliquera la règle énoncée par Boyd. Le relanceur à la paire d’As remporte le pot, et le tapis de Boyd est sauvé. S’il recommence, c’est 20 minutes de pénalité.

Deux minutes plus tard, il recommence, avec 6-5. Sauf que là, il a vraiment envie de faire tapis. Il finit par faire full, battant As-Roi au passage. Et le responsable lui colle donc sa pénalité.

Wow.

Benjo